Adryano

Site officiel http://www.adryano.fr/
Facebook https://www.facebook.com/AdryanoOfficiel/
Twitter https://twitter.com/AdryanoOfficiel

Depuis le succès planétaire de « Despacito », la musique latino pop a pris du poids. Qui représente ce style en France ? Pas grand monde jusqu’à présent, mais voilà qu’arrive Adryano.

Ce jeune artiste de 25 ans a grandi dans un environnement musical avec des parents férus de son et a découvert le rap avec le CD du premier Urban Peace qu’on lui offre pour son anniversaire. « J’ai découvert les classiques du rap français et j’ai commencé à gratter des textes à 12 ans, pour une fille. J’ai eu des bons retours, j’ai continué et j’ai acheté mon premier matériel à 14 ans avec mon argent de poche » raconte-t-il.

À force de travail, Adryano se fait remarquer : d’abord lors d’un tremplin freestyle dans le 77, puis par un label qui le signe en 2013. Adrian devient Mister Adryano et sort un premier single, « Fuego Loco », diffusé en radio. Adryano participe même avec le rappeur Big Ali à un immense festival devant 55.000 personnes, puis passe en solo en ouverture de Daddy Yankee au Zénith de Toulouse et tourne en showcase dans des clubs prestigieux (France, Belgique, Tunisie, Maroc).

Adryano travaille d’arrache-pied et fait des rencontres marquantes en studio, comme celle du rappeur Rohff qui craque sur une de ses prods. Mais le music biz est parfois trompeur. « Il y a beaucoup de vendeurs de rêves dans ce milieu » résume sobrement Adryano, qui se retrouve sans contrat après ses premiers exploits. D’autres se seraient découragé. Pas lui. Il affine son style et a une ambition : utiliser les sonorités de la pop music dans le cadre d’une proposition musicale latino.

La rencontre décisive se fera grâce à son nouveau manager, qui le présente au boss du label légendaire du rap français, Wati B. « J’ai parlé avec Dawala, qui m’a directement proposé de travailler avec lui. Il s’est penché sur ce que je faisais et m’a dit qu’il voulait me mettre en tête d’affiche. Il m’a donné carte blanche et m’a laissé travailler un an en studio ».

Une rencontre inespérée qui donne des ailes à l’artiste, alors qu’il était à deux doigts d’arrêter la musique. Le premier résultat de sa collaboration avec Wati B est le single bilingue « Damelo », parfaite illustration de ce métissage que recherche Adryano, accompagné d’un superbe clip tourné au Portugal. « On reconstruit tout, comme sur les réseaux sociaux où je suis reparti de zéro ».

Et cette fois, c’est la bonne : les radios réagissent bien, le buzz monte. « Stéréo » enfonce le clou avec un son inspiré de Major Lazer pimpé latino. Adryano sort enfin de l’ombre, participe à la Fashion Week, infiltre les playlists radio. Il est temps de mettre en chantier le premier album qui sera celui de la consécration. SeySey, un des beatmakers de Wati B qui travaille notamment avec Dadju et Black M, amène la touche urbaine à ce disque prévu pour le printemps 2018. Sirius, un autre compositeur éclectique, s’occupe du single « Alegria », à la couleur variétés latino, comme un « Despacito » à l’européenne. « J’ai changé de sonorités, rencontré des gens qui m’ont fait évoluer. L’équipe est déterminée, ça me met en confiance. Je mets plus de français dans mes textes, je suis plus à l’aise. Ça se passe toujours pareil : je rencontre les producteurs, on discute, et après la musique se fait naturellement ».

En studio, Adryano met le turbo et accumule les chansons. Son but : proposer un projet solide où chaque morceau retient l’attention. Il contacte Singuila, JR Ocrom et Barack Adama de la Sexion apprécient son travail. « Le monde de la musique a complètement changé avec l’arrivée de la Sexion D’Assaut, qui a touché un public très jeune avec sa touche variété pop dont beaucoup se sont inspiré. On pensait que ça allait devenir tout électronique mais c’est le retour des sons faits avec de vraies guitares, de vrais piano, et c’est ce que j’essaie de faire avec mon album. De la musique latine aux sonorités variétés françaises mélangée à tous les univers ».

Cette fois, Adryano est paré pour le succès. Il a le son, la team et la détermination sans faille des artistes qui ont une vraie vision. Entre latino et urbain, entre pop et dancefloor, à la croisée des styles mais toujours avec la classe d’un lover.